Parler de compagnie est un peu exagéré tant il est vrai qu'il y a assez peu de monde qui gravite dans le giron de la Cie de l'aube naissante et , au fil du temps, force est de remarquer que cela ne s'inverse pas . La Cie de l'aube naissante et Annie Delichères vont de pair; la Cie a été créée dans les années 80 pour que Annie exerce le seul métier possible pour elle : danseuse chorégraphe. Quelques décennies plus tard, rien n'a entamé son engagement à vouloir faire de la danse un art majeur et pourtant , depuis 17 ans ,une rencontre avec le Bagua enseigné par Monsieur Denis Lecuyer a modifié cette trajectoire en apportant du sens là où une pratique corporelle, dépouillée de l'esprit, ne suffisait plus.

 

" C'est donc à partir de ce moment que mon travail s'est inscrit dans une nouvelle dimension: celle de la
verticalité ; désormais j'y soumettrai faits et gestes".

 

 

ANNIE DELICHERES

 

« Annie apparaît comme elle a toujours été, sans mot dire, anarcho-socialo autiste et artiste inspirée…

 

Elle se place en
médiation grâce à une quête de sens et une quête de danse évidemment nourrie de sa
pensée occidentale mais aussi celle
du Tao, où elle va puiser le lien entre énergie et cosmos, par le geste , le geste seulement…

 

Elle frappe aux portes d'une troisième dimension , celle du sacré.
Annie , en artiste vraie ,l'a toujours conviée dans ses créations."

 

Jean-François Lacour.

Journaliste indépendant.